C’est dans un contexte particulier  que la commémoration de la victoire du 8 mai 1945 a eu lieu ce 8 mai devant le monument aux morts du village. Cette fois c’est bien la date anniversaire qui avait été retenue puisque aucun office religieux n’était possible au préalable.

Mais François RODRIGUEZ avait tenu à marquer l’occasion en respectant les consignes de la Préfecture  tout en exerçant le devoir de mémoire, pour « que ce 8 mai ne soit pas synonyme d’indifférence ». le maire avait bien sur choisi dans sa brève allocution de rendre hommage à ces combattants de 1940 qui n’ont jamais démérité, à ceux du débarquement et de la résistance qui ont porté le fer jusqu’à Berlin, et ont permis à la France d’être assis au rang des nations victorieuses, mais aussi aux autres martyrs collatéraux des combats et des bombardements, aux femmes et aux hommes qui ont permis cette « résilience » dont on nous parle aujourd’hui et qui dès 1945 ont relevé le pays et permis les trente glorieuses. Le maire ne pouvait pas faire autrement que de comparer cette situation au combat que la France mène aujourd’hui contre le COVID 19, la récession qui s’annonce et tout cela sur fond de terrorisme islamiste. L’hommage qui a été rendu aux héros de 1945 était aussi destiné à ceux que tous appellent les « héros du quotidien » et qui font que la France reste un  grand pays.

L’assemblée était peu nombreuse, même si de loin en loin et à bonne distance des spectateurs avaient tenus à être là  : le maire entouré de trois élus, un clairon de la Batterie Fanfare des Templiers (Frédéric SANDRIN) , le Président HERRICHER  de l’UNC, Madame DEBRADE comme porte drapeau, mais si beaucoup de parlementaires et d’élus n’avaient pu être présents, ils avaient confié aux bons soins de Séverine de l’ARUM Fleurs, la réalisation de somptueuses gerbes : celle du député Arnaud VIALA, celle du Sénateur Alain Marc, celle du Président du Conseil Départemental Jean-François GALIIARD, celle du Président de la Communauté de Communes Christophe LABORIE, celle du Président de l’UNC Frédéric HERRICHER et bien sûr celle de la Municipalité de La Cavalerie. Cérémonie toute en simplicité : allocution du Maire, lecture du message du Président de la République, dépôt de gerbe, sonnerie aux morts et minute de silence rompue par le refrain chanté de la Marseillaise.

Lors de la dislocation, François RODRIGUEZ reçut un lot de masques « grand public » réalisé bénévolement  par Madame SANDRIN, qui viennent s’ajouter aux nombreux dons d’autres couturières héroïques !!

La tradition a donc été respectée avec un certain panache dans notre beau village templier !

.